Le Forum des Amis de Christia Sylf Index du Forum

Le Forum des Amis de Christia Sylf
L'association Loi 1901 "Les Amis de Christia SYLF" a été fondée en 2007 dans le but de faire connaître et de promouvoir les œuvres de l'artiste .

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les 12 portes de l'Alchimie Spirituelle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum des Amis de Christia Sylf Index du Forum -> Les thèmes de l'oeuvre -> - L'alchimie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 294
Localisation: Franche-Comté
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 狗 Chien

MessagePosté le: Lun 14 Déc - 18:44 (2009)    Sujet du message: Les 12 portes de l'Alchimie Spirituelle Répondre en citant

               
    



Autrefois l'alchimiste travaillait à la transformation de la matière dans un laboratoire. Ce mot en contient deux : laborare : travailler, orare : prier. Les deux termes (thermes = sources) se sont séparés par le temps qui coule : les uns ont gardé la transformation de la matière (chimie), les autres, la prière (Al = Dieu). Mais le chimiste et le moine ont en commun le COU : une porte qui relie le corps (matière) à la tête (pensée). Deux petites clefs l'ouvrent : les clavicules. C'est un rite de passage par le cou qui mène à la compréhension.
Douze autres portes s'ouvriront successivement afin que nous passions du connu (le corps) à l'inconnu (l'étincelle divine), qui nous habite et veut se manifester (+).
Chaque porte est défendue par un voile invisible que l'instant permet de soulever. La clef, le sceau (ou scel = sel, en langue des oiseaux) fait tourner la porte sur ses gonds.





              
Le secret des secrets est une connaissance (de soi) que nous offre le très-petit quotidien, ce gnome, - gnomon, en grec, est l'anagramme de "mon gon". –
Cette clef ouvre nos multiples NATURES (SATURNE), et le verrou saute avec la résurrection du (prin)temps.Vous connaissez bien la première porte : celle de la PURIFICATION. Elle s'ouvre lorsque nous nous débarrassons de nos scories, de ce qui est "passé", de ce qui nous a fait mal, grâce aux épreuves traversées qui sont le feu purifiant, d'autant plus aisément si l'énergie mentale n'entrave pas l'énergie vitale de l'instinct de conservation.

Ouvrons maintenant la deuxième porte,
- celle de la DISSOLUTION Il s'agit toujours du temps, liquide qu'on ne peut tenir dans notre main, qui permet de Visiter l'Intérieur de notre Terre (la base) (++), et en Rectifiant (nos attitudes), de Trouver la certitude (aussi solide qu'une Pierre) qui s'y cache.

 C'est une opposition entre deux lois, deux principes de philosophie : l'anti...moine (=l'antinomie), dont le sens est limpide au lecteur soucieux de SÉPARATION entre ce qui est caché et ce qui est montré.SEPtembre nous ouvrira la troisième porte, celle, justement de la SÉParation.Dans le Grand Portique de l'Infini s'ouvrent les 12 Portes de la Sagesse, comme 12 Apôtres entourent le Christ, comme 12 signes chiffrent le ciel, comme 12 Icônes protègent la terre, comme 12 mois séparent le temps, comme 12 heures martèlent la vie.


Entrer et sortir par une Porte équivaut à changer de point de vue. Ouverture et fermeture : rythme de l'univers comme l'inspiration et l'expiration battent le rythme de notre corps.Chaque porte est étroite, mais magique, car la Porte invite au passage.


Passer est difficile. Quelle est la récompense au difficile ? Sortir de la banalité.
Nous voici donc entrés par la Troisième Porte : - celle de la SEPARATION.

Séparer le lourd du léger, l'épais du subtil. La SEPARATION, c'est REALISER que les quatre éléments correspondent aux quatre fonctions : Sensation = terre ; Sentiment = eau ; Intuition = air ; Pensée = feu. Même le plus grossier doit être pris en considération : c'est ce que notre corps rejette, la seule chose "solide" que nous sommes capables de FAIRE (avec son apparition fréquente dans les rêves en tant que rappel à la modestie).


La SEPARATION est à l'origine de la CONJONCTION, - la Quatrième Porte, - de l'Eau et de l'Air avec la Terre et le Feu ; au point que chaque élément peut être conduit dans l'autre. Considérant le plus simple, nous pouvons nous relier au plus complexe. Une double serrure ouvre la Porte de la CONJONCTION. Première clef : accepter ce qui est sale, répugnant, bête, grossier, vulgaire comme faisant partie de la manifestation ; deuxième clef : prendre conscience que l'esprit et le corps ne faisant qu'un, il existe un liant : l'âme, qui se manifeste par le rêve ... parfois grossier, parfois subtil.Deux personnes forment également une CONJONCTION lorsqu'on travaille ENSEMBLE sur les rêves : le plus imPORTant est le Patient ..., PORTEur de patience, donc de temps (le volatil), et l'autre, au centre d'un espace (le fixe).Apprenez à ouvrir vous-même le PORTAIL de la cathédrale que vous êtes.Devenez votre PORTE BONHEUR !


Après avoir franchi la troisième Porte, celle de la SÉPARATION du vrai du faux, celle qui incite à prendre le temps de faire grandement les petites choses de peur de faire petitement les grandes, et la quatrième, celle de la CONJONCTION, où tout est relié, non rejeté, parce que tout s'écoule de la source unique,

 Nous voici devant la Cinquième Porte : celle de la PUTRÉFACTION, ce moment privilégié de l'ensoleillante épreuve apportant le déséquilibre qui construit un nouvel équilibre, l'échec qui obligera à un changement de point de vue sur nous-mêmes. Cependant, cette porte reste fermée, déguisée, cachée, camouflant le sanctuaire, porte que jamais l'imposteur, l'avide et le présomptueux ne seront capables d'ouvrir. Nous connaissons tous ces résistances, ces systèmes de fermeture, ces combinaisons multiformes que présente notre coffre secret. Elle est très basse, cette porte : elle doit l'être, non seulement pour l'humilité qu'elle exige, mais parce que difficile est le passage entre profane et sacré. L'excès, quel qu'il soit, est son ennemi. Le tempérament se tempère avec le temps.

La Sixième Porte est celle de la CONGÉLATION,

cet état, rare, où l'esprit ne s'envole plus du corps, où le phantasme n'emporte plus l'énergie ailleurs. L'air du phantasme est alors fixé ; il se lit "aire" et devient surface, extension de l'espace, plus spécialement, position en croix qui en est la maîtrise. Ce symbole, plus que tout autre, parce qu'il recouvre la totalité, inclut l'inconscient ; il exerce, par suite, une emprise sur chacun de nous.Notre matière (cette poudre impalpable des anges puisqu'elle vient des étoiles) est la Pierre philosophale : c'est, dans le plus petit fragment de matière qui soit, la plus grande quantité d'esprit. La beauté est esprit. Ornons notre vie de beauté ! Que celle-ci devienne hommage d'adultes : la porte étroite permet à notre conscience de réaliser que nous sommes plus qu'un minéral, un végétal, un animal, ces trois principes qui manifestent le monde. Elle est donc aussi une porte immense, une PORTE COCHERE (le mot commence par COC = coq = éveil). On passe sous un arc, lequel comporte la notion de tension. La tension permet la naissance d'un troisième terme donnant accès aux merveilles réservées à l'investigateur libre de tout préjugé "scientifique". Là est la VRAIE SCIENCE : celle de l'intérieur.

La septième Porte est celle de la NOURRITURE
.
Ouverte devant tous, elle mène notre corps, cet inconnu, sur des chemins labyrinthiques, souterrains, afin de l'obliger à prendre conscience de ses impossibilités. Il doit se nourrir de blanc (lait/eau), puis de rouge (viande/animal) et de vert (légumes/terre). Modérément. Régulièrement. Descendre vers l'inanimé afin de retourner au plus bas vers cet humide d'où tout s'écoule pour se transformer en vie. Les quatre éléments doivent être proportionnés. Les émotions aussi, qui naissent à l'intérieur de nous : des sentiments bons et mauvais, passionnés. Bons, ils évoquent le pouvoir du vivant ; mauvais, ils font descendre au niveau des instincts destructeurs dont la peur d'être libérés de façon explosive incite à l'isolement, rend instable et inquiet : ils sont les "dévoreurs" du dedans. Tout doit être digéré, puis éliminé.


La huitième Porte se nomme SUBLIMATION : " spiritualiser le Corps afin de corporifier l'Esprit. "

Le Mercure (ce temps que nous ne pouvons tenir entre nos doigts) sera sublimé grâce au V.I.T.R.I.O.L. (Visite l'Intérieur de la Terre - notre psyché, notre obscurité, - et en Rectifiant - nos attitudes, - tu Trouveras (Invenies) la Pierre (Lapidem) - la Sagesse, cachée (Occultam). - La Rectification, permanente (comme l'air que nous respirons) permet de jeter dehors notre venin, cette ombre qui habite chacun de nous et que nous projetons à l'entour sans en avoir conscience.Nous devons "sublimer" pour trois raisons : la première, rendre spirituel le Corps, la deuxième, préparer l'Esprit à devenir corporel et demeurer fixé dans le Corps, la troisième, faire que la Salure (ce qui est sale ...) soit diminuée, elle qui ne porte pas de fruit.Nous ferons alors descendre le Ciel en Terre pour la joie de tous et surtout la nôtre. De pesant (terre) nous deviendrons léger (esprit), passerons de trépas à joyeuseté.

La Porte numéro neuf, la Porte neuve, qui ouvre sur l'être neuf, (celui qui naît à Noël), est celle de la FERMENTATION :

grâce au "ferment du travail", elle augmente son poids d'âme en faisant perdre les habitudes sécurisantes, les anciennes manières d'être, les vieilles façons de voir la vie et de la vivre. Notre précieux temps, Mercure, exigeant la patience et le rire, nous livre une part du Secret : que les compliments et les injures soient oubliés dans l'instant. Lui seul est éternel. Un peu d'eau tendresse viendra humidifier l'être. On croira la Fermentation due à l'ammoniac (+) : ce sera seulement un peu d'"armoniac", un peu d'harmonie, un peu d'Art, un peu de Grand Art. La vie alors s'écoule, pleine de vertes possibilités sur la terre rouge. De nous coule l'huile parfumée de la parole juste.



La dixième Porte se nomme l'EXALTATION.
Vivre dans l'enthousiasme, c'est avoir constaté que la joie divine est à l'intérieur de nous. Après avoir épousé les contradictions contrariantes, en avoir extrait la substantifique moëlle, la quintessence, les avoir ensevelies au fond de nous en tant que passées, nous sommes revivifiés par le nouveau présent, éternel cadeau de vie.
Les contradictions nous écartèlent. Pour les conjurer, chaque élément doit être converti en son contraire et absorbé dans l'autre. Bien huilée, la roue du temps tourne alors en silence. Nous vivons notre vie dans l'allégresse parce que nous la trouvons en nous-mêmes ; nous ne sommes plus déchirés par l'inquiétude. La Nouvelle Aurore se lève, le nouvel Orient de la plus belle perle s'approche de nous, car nous sommes devenus brillants : le semblable attire le semblable. (+) ammoniac : gaz très piquant utilisé pour fabriquer les explosifs (nos émotions éclatées) et les engrais (nos émotions transformées).

Pour passer d'une porte à l'autre, nous n'avons que quelques mètres à parcourir, quelques instants qui sont nos maîtres. Pour ce parcours, notre corps, l'athanor, est porteur de l'esprit (+). Les portes précédentes nous ont ouverts à différents états jusqu'au dixième. Si nous répétons ce dernier état d'instant en instant, il y a multiplication.


La onzième Porte se nomme MULTIPLICATION :
l'instant aplanira les difficultés devant nous, discrètement. La condition est d'ignorer humblement notre puissance et de laisser s'écouler l'événement, - peu importe lequel, - qui, par nature, se dissoudra afin de se renouveler et de nourrir notre énergie en en multipliant les potentialités. C'est en nous donnant à lui que nous nous multiplions. Si nous multiplions cet état par dix, nous ferons cent, cent par dix, nous ferons mille, et mille par dix, nous ferons dix mille, allant ainsi à l'infini.


La douzième Porte se nomme AUGMENTATION.
Elle prouve que nous avons ouvert les précédentes par la mise en pratique, et donc, que notre teinture est permanente. Nous le constatons si nous savons endurer le feu des émotions dans la stabilité.
Théorie ajoutée à Pratique offriront couleurs et parfums au moment présent. Il ne s'agira pas seulement d'une ouverture dans un mur, mais d'une communication entre le secret de l'être et le sacré de la vie. Les clefs nous sont données, qui ouvrent sur la connaissance de notre totalité reliant le connu à l'inconnu ; c'est un passage unique puisque nous pouvons entrer et sortir par le même moyen. C'est en nous multipliant que nous nous augmentons. Apprenons à laisser venir le nouveau afin de créer notre propre vie ! Que cette douzième et dernière Porte tourne sans cesse autour de son gong grâce à l'huile d'étonnement et de félicité ! Cette quintessence sera surabondance. Que le seuil des douze Portes serve de transition entre les opposés ! Que chacune s'entrebâille pour laisser passer le mystère du rêve, de la fantaisie, de la mutation intérieure, source de toute création, à la recherche du centre de nous-même : le cœur !




 ( Textes de Rolande BIES )
SOURCE : http://www.cgjung.net/alchimie/index.htm



    




_________________
''L'important n'est pas ce que nous attendons de la vie, mais ce que nous apportons à la vie''.

Viktor Frankl


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Déc - 18:44 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Forum des Amis de Christia Sylf Index du Forum -> Les thèmes de l'oeuvre -> - L'alchimie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com